Quel formatage bloque vos forces

Fronton du temple de Delphe

Comment se fait-il

que ce soit difficile de se voir avec objectivité ?

Une raison : Un formatage vous empêche de voir vos forces et de réellement vous connaître.

Pourquoi avoir besoin de se connaître  ? Cela fait partie des préliminaires du développement personnel.

Effectivement le point de départ de toute démarche d'amélioration, qu'elle soit pour soi ou pour tout autre type de processus, c'est d'établir un état des lieux afin de définir ce qu'il faut modifier, puis juger du résultat.

Sur le fronton du temple d'Apollon à Delphes, il était inscrit "Connais toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les dieux". Socrate a fait sienne cette devise et passera le premier à passer de l'interprétation religieuse à l'interprétation philosophique, indiquant que l'homme doit prendre soin de son âme et se connaître lui-même, avant de chercher à comprendre quelque chose qui lui est extérieur.

Mais pourquoi cela semble-t-il si compliqué ? Je relate dans cet article; comment nous avons subi un formatage; pourquoi des filtres ont été appliqués à notre perception de la réalité; quel impact cela à sur l'estime de nous-même et les moyens de sortir de cet état hypnotique.

More...

Formatage de l'éducation

La cause fondamentale de la non-connaissance de vos propres forces, vient en grande partie de votre éducation et du formatage qui en a découlé.

À votre naissance, vous êtes exempt de tout préjugé, n'ayant pas encore été confronté à la réalité. Vos seules préoccupations sont d'être heureux, de découvrir cet immense terrain de jeu qui se déploie devant vous, d'aimer et d'être aimé de ceux qui vous côtoient.

La confrontation avec le monde matériel vous apprend alors très rapidement que pour continuer à être aimé, il est nécessaire de faire des efforts et des concessions. Il va donc se produire une dissociation progressive entre la personne que vous êtes et celle que votre entourage souhaite que vous deveniez. Ainsi, la perception de vous-même sera fortement entachée de la vision de vos éducateurs. Elle induira un formatage de votre pensée.

Il existe une multitude de combinaisons possibles dans les choix éducatifs et les croyances qui en découlent. Mais dans le cas qui nous intéresse, sur l'objectivité de ses qualités propres, il se dégage deux options. Elles ramènent à une sur-estimation ou une sous-estimation de votre réel potentiel.

Un formatage a créé des croyances qui biaisent votre jugement

De ces deux attitudes opposées, l'une poussant à s'engager, l'autre à se mettre en retrait, pourra résulter deux réactions. Une sera une reproduction docile du modèle proposé, l'autre sera une opposition au schéma proposé.

Certains de vos éducateurs auront voulu vous pousser à être toujours plus performants, à aller de l'avant sans jamais vous retourner, avec des objectifs en ligne de mire. «Pour réussir, il faut être le meilleur», vous auront-ils rabâché. Et pour être le meilleur, il faut avant tout en être convaincu.

À l'opposé, d'autres vous engageront à rester humble et en retrait au motif qu'une action n'est jamais un fait individuel et qu'il faut en partager les mérites avec les autres. À la limite, la réussite est dangereuse, si ce n'est suspecte.

Pour une partie, le monde se sépare entre les loups et les moutons. Pour une autre, la coopération et la solidarité sont préférables. Et pour une autre encore un mixte de cela prévaudra selon les circonstances.

En réalité, il n'est pas facile de définir ce qui vous a conduit à devenir et à penser ce que vous êtes et croyez. D'ailleurs peu importe, ce qui compte c'est de comprendre que c'est votre rapport aux autres qui vous a amené dans les croyances qui vous portent.

Pour schématiser et simplifier à l'extrême, un formatage a crée deux croyances qui vont s'affronter : "Ce n'est pas bien de se vanter de ses réussites" et "Il faut être fort et la chance sourit aux audacieux"

Quelle est la croyance la plus répandue ?

Finalement, nous aurons une partie de la population qui se sous-estimera alors qu'une autre se surestimera. L'expérience montre cependant que ces deux parties sont loin d'être égales. En effet, bien plus de gens ont tendance à se sous-évaluer, que l'inverse.

Et cela, plus particulièrement en France que dans d'autres pays, comme les États-Unis. En effet, la culture de la compétition et de la réussite professionnelle est plus présente dans les pays anglo-saxons. Ainsi, pour les adeptes de cette croyance, les jeunes sont abreuvés de slogans positivistes qui les enjoignent à se projeter dans des qualités qui, s'ils ne les ont pas, viendront dans l'action.

Pour certains, le conditionnement opère sans failles, mais pour d'autres, il ne s'agira que d'un masque de super-héros qu'ils enfileront par dessus une fragilité interne. Ils pourront vous énumérerez une palanquée de qualités, sans sourciller, mais une petite voie intérieure inconsciente sera toujours présente pour leur souffler l'inverse.

Comme ils ne voudront pas s'avouer cette discordance, la performance ne sera pas au rendez-vous. Ces personnes, se retrouveront dans une configuration dissonante, presque schizophrène, dans laquelle elles se surestimeront en même temps qu'elles se sous-estimeront. La meilleure façon de ne pas être serein... Alors que faire ?

Qu'y a-t-il de mieux, un formatage sous ou un formatage sur ?

Se sous-estimer

L'option qui consiste à se sous-estimer est définitivement à rejeter. Pourquoi ? On peut penser qu'effectivement, l'humilité est une extraordinaire qualité. Je ne vous dirai pas le contraire. L'humilité est à mon avis, mère de sérénité. Mais, parce qu'il y a un mais, il faut s'accorder sur la définition du terme.

Définition

Ce que nous dit le Larousse :" Sentiment, état d'esprit de quelqu'un qui a conscience de ses insuffisances, de ses faiblesses et est porté à abaisser ses propres mérites" ne me convient pas. Autant le début pourrait me satisfaire que la fin pas du tout.

Celle du CNRTL ne me va pas plus : "Disposition à s'abaisser volontairement en réprimant tout mouvement d'orgueil par sentiment de sa propre faiblesse."

Pourquoi l'humilité devrait-elle véhiculer un sentiment autoflagellation ? Humilité vient du latin humilitas dérivé de humus "terre". Avoir de l'humilité, c'est être sur terre, donc réaliste. Je retiendrai alors la définition de Wikipédia : "trait de caractère d'un individu qui se voit de façon réaliste. L'humilité s'oppose à toutes les visions déformées qui peuvent être perçues de soi-même (orgueil, égocentrisme, narcissisme, dégoût de soi)". Il n'est donc plus question là, de se rabaisser. Au contraire, l'humilité s'oppose au dégoût de soi.

Ainsi se sous-estimer à trait à de la modestie excessive qui trouve ses racines dans du «dégoût de soi» et qui par son caractère «sous» s'éloigne d'une vision réaliste.

Problématique de la sous-estimation de soi

Le problème, c'est que c'est un phénomène auto-réalisateur. Si vous croyez ne pas être qualifié pour un tâche, deux solutions s'offrent à vous.

La première, en toute logique, est de ne pas réaliser cette tâche. Vous n'avez donc aucun moyen d'infirmer votre croyance et de cette façon elle se confirme. La fois suivante qu'une tâche similaire se présente, vous la refuserez en toute cohérence, voire vous éviterez même une activité requérant légèrement moins de qualification. Vous sombrez ainsi dans une boucle négative qui tire votre estime de vous vers le bas.

Le seconde solution, sera d'accepter la tâche, souvent par peur de la refuser. Cependant comme vous êtes persuadé de ne pas avoir les compétences requises, faute d'avoir fait une travail préalable sur votre mental, il y a fort à parier que vous allez échouer dans sa réalisation, afin de vous conforter dans l'idée que vous n'êtes pas à la hauteur. Il y a de grandes chances que votre estime de vous diminuera à chaque tentative avortée.

Attention, ne lisez pas ce que je n'ai pas écrit ! Ce n'est pas parce que l'on ne se sent pas avoir les compétences pour une tâche qu'il faut la refuser. Il faut juste suivre une méthode qui vous donne les moyens de réussir. Le préliminaire sera d'avoir une conscience réaliste de vos capacités et de quelles sont vos qualités.

se sur-estimer

L'avantage

L'option qui consiste à se sur-estimer est aussi à rejeter, mais cette fois avec une nuance. En effet à choisir, il vaut mieux se surestimer que de se sous-estimer. C'est juste question d'hormone. Lorsque l'on se sous-estime, la posture est rentrée, les épaules en dedans, recroquevillé sur soi. Vous vous victimisez. Cette façon de positionner son corps active automatiquement les systèmes du stress qui diminuent votre potentiel. À l'inverse, une posture volontaire et confiante réactive le système parasympathique ventral qui vous permet d'agir à votre meilleur niveau.

​Le risque

Alors pourquoi rejeter l'attitude dans laquelle on se surestime. Tout dépend du niveau de conscience que l'on a de ses capacités. Si vous surestimez vos capacités sans en avoir conscience, vous vous trouvez en excès de confiance. Vous ne prenez aucune précaution, et vous risquez de foncer tête baissée dans un mur. Si les compétences requises sont bien au-delà de ce dont vous disposez, vous courrez à la catastrophe. Par contre si vous avez conscience de la faiblesse de vos qualités par rapport à ce dont vous allez avoir besoin, cela vous permet de viser une activité légèrement sur-exigeante, mais tout de même réalisable. Cela vous conduit à mettre  en place de nouveaux moyens pour augmenter votre compétence tout en effectuant la tâche. Et de cette manière vos compétences augmentent.

Lorsque j'étais dans l'industrie, un jour, un client a sollicité un équipement qui faisait appel à de la régulation électronique. Nous n'étions pas qualifiés, mais nous ne l'avons pas signalé et nous avons pris l'affaire. Etant tout à fait conscients de ne pas avoir les qualifications requises, c'est avec la plus diligence que nous nous nous sommes formés pour les obtenir en temps voulus. Et tout c'est bien passé.

La conclusion

La conclusion pour sortir du formatage, c'est donc qu'il faut faire une démarche volontaire pour évaluer avec précision ses qualités, puis les challenger en permanence pour les augmenter en ayant confiance et en adoptant une posture volontaire qui nous place à notre meilleur potentiel.

Passez à l'action

Vous avez envie de modifier le regard que vous portez sur vous-même ?

Il est peut-être temps de quitter le formatage hypnotique que vous avez subi, d'être bienveillant avec vous et d'aimer qui vous êtes.

Une première démarche serait de trouver quelles sont vos qualités, car vous en avez beaucoup plus que vous ne l'imaginez.

Dans l'article "Quelles sont vos qualités ?" j'expose une méthode pratique pour faire le point avec vos qualités et d'en établir un liste précise, c'est un bon moyen pour trouver du sens à sa vie. C'est ici

J'ai aussi répertorié d'autres façons de trouver du sens à sa vie dans un guide gratuit que je vous offre en cadeau, en vous inscrivant à ma newsletter. Alors n'hésitez pas, c'est juste en dessous.

Comment trouver ce pour quoi on est fait dans la vie

Téléchargez votre guide gratuit, 45 pages qui détaillent les 9 méthodes des plus grands coachs

Mettez votre prénom, votre email et recevez-le dans quelques minutes.

Vous vous désinscrivez quand vous le souhaitez.

Eric BRISON
 

Coach et préparateur mental, Eric Brison accompagne ses clients avec cette conviction que l'équilibre entre le corps, le mental et l'émotionnel est primordial pour développer simultanément performance et bien-être. Il s'est fait une spécialité de l'activation des leviers de la motivation.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments